Aller au contenu principal

Festival de l'OSR I

Les musiciennes et musiciens de l’OSR à l’honneur

jeudi

01.02.2024

19:30 — Bâtiment des Forces Motrices

Festival

Grand Mécène

Le programme

Martin Fröstdirection & clarinette

François Payet-LabonneSidonie Bougamontviolon

Orchestre de la Suisse Romandeen petite formation

Igor Stravinski
Pulcinella, suite pour orchestre, N° 1 Sinfonia

Göran et Martin Fröst
Nomadic Dances, pour clarinette et orchestre

Johannes Brahms
Danse hongroise N° 1, arr. pour clarinette et cordes de Göran Fröst

Igor Stravinski

Pulcinella, suite pour orchestre, N° 3 Scherzino

Béla Bartók

Danses populaires roumaines, arr. pour clarinette et cordes de Göran Fröst

Serge Prokofiev

Concerto pour violon et orchestre N° 2 en sol mineur op. 63, II. Andante assai

Göran Fröst

Danse Klezmer N° 2, pour clarinette et cordes

Serge Prokofiev

Concerto pour violon et orchestre N° 2 en sol mineur op. 63, III. Allegro

Felix Mendelssohn

Symphonie N° 4 en la majeur op. 90, dite 'Italienne'

Anders Hillborg

Hyper Exit, pour clarinette et orchestre

 

La musique

Pour ce premier des trois concerts du Festival des Solistes au BFM, l’OSR invite à la danse, ou plutôt aux danses, où chacun et chacune trouvera son plaisir. C’est ainsi qu’on entendra la Sinfonia (Ouverture) et le Scherzino (troisième mouvement) du ballet Pulcinella d’Igor Stravinski (1882-1969). Créé par les Ballets Russes à l’Opéra de Paris, en 1920, sous la direction d’Ernest Ansermet, chef fondateur de l’OSR, c’est un mélange savamment dosé de musique de chambre baroque, menuets de cour et commedia dell’arte, où Stravinski bouscule constamment les points de repère rythmiques et harmoniques.

Artiste en résidence cette saison, le clarinettiste et chef Martin Fröst nous offre Nomadic Dances (que les mélomanes du Verbier Festival ont pu découvrir l’année dernière) ainsi que la Danse Klezmer No 2, deux pièces écrites par son propre frère Göran Fröst, mettant en valeur l’instrument et le talent polyvalent du clarinettiste suédois, mêlant allègrement des éléments sonores allant du baroque français à la musique de notre temps, en passant par des mélodies traditionnelles.

Les deux derniers mouvements du Concerto pour violon No 2 de Serge Prokofiev (1891-1953) montrent les deux faces du compositeur : son invention mélodique dans le magnifique chant, légèrement teinté de mélancolie, tissé par le soliste dans l’Andante assai (rappelant Roméo et Juliette, œuvre phare du compositeur russe), puis, dans l’Allegro ben marcato final, les accords dissonants, les attaques saccadées et les rythmes syncopés qui lui sont souvent associés.

Avant de clôturer en beauté ce concert avec l’époustouflant et bien nommé Hyper Exit du compositeur suédois Anders Hillborg (né en 1954), créé par Martin Fröst en 2015, on entendra encore le finale de la Quatrième Symphonie de Félix Mendelssohn (1809-1847). Malgré son nom de saltarello, seul le début évoque cette danse bondissante. En réalité, cette page ressemble bien plus à une tarentelle : ainsi nommée, prétendait-on que le seul espoir pour la victime d’une morsure de tarentule résidait dans un mouvement des bras et des jambes sans arrêt. Alors dansons, dansons, car c’est bon pour la santé…

Les vidéos

video thumbnail

OSR Live

video thumbnail

Debussy - Ellington - Strauss | Jonathan Nott, Marc Perrenoud, Orchestre de la Suisse Romande

video thumbnail

Johannes Brahms

Symphonie N° 4 en mi mineur op. 98

Jonathan Nott

direction

Enregistré le 22 mars 2017 à/au Victoria Hall, Genève

Temps forts

Abonnements