Ernest Ansermet

Pour les mélomanes et les discophiles du monde entier, le nom d'Ernest Ansermet est inséparable de celui de l'Orchestre de la Suisse Romande. C'est en effet avec cet ensemble qu'il fit la majeure partie de sa prodigieuse carrière. Homme modeste, probe, intransigeant, têtu, ennemi de tout vedettariat, Ansermet est cependant devenu l'un des plus grands chefs d'orchestre de notre siècle.

Pendant plusieurs années, Ernest Ansermet mène de front la musique et les mathématiques, allant jusqu'à enseigner ces dernières. Mais son amour pour la musique est le plus fort. Après un long séjour à Paris, il décide de se consacrer à la musique et fait ses premières armes de chef d'orchestre à Lausanne. Une succession de hasards favorise alors très vite cette carrière naissante, propulsant le jeune chef sur le devant de la scène internationale.

Alors qu'il vient d'être nommé chef de l'Orchestre du Kursaal de Montreux, il rencontre, par un beau jour de 1913, Igor Stravinski, qui deviendra très vite un de ses meilleurs amis. Toute sa vie artistique future va naître de cette rencontre. C'est sur le conseil de Stravinski que Diaghilev engage Ansermet pour devenir le chef d'orchestre de sa fameuse compagnie des Ballets Russes. Jouant sur deux tableaux, il accepte également de reprendre la direction des «Concerts d'abonnement» de Genève. En 1916, il entreprend une gigantesque tournée aux Etats-Unis avec les Ballets Russes.

Absorbant du jour au lendemain un répertoire difficile et considérable, Ansermet dirige 105 spectacles en 105 jours! L'immense succès des Ballets Russes impose son nom en une suite ininterrompue de succès. En 1918, Ansermet crée L'Histoire du Soldat, en 1920, Le Chant du Rossignol et Pulcinella de Stravinski.

Mais il dirige d'autres créations dont les plus célèbres sont Parade d'Erik Satie (1917), Le Tricorne de Falla (1919), Chout de Prokofiev (1923), Capriccio pour piano (1929) de Stravinski. Il cumule le travail de trois chefs d'orchestre: outre son activité aux Ballets Russes, il a fondé l'Orchestre de la Suisse Romande dont il assure la direction musicale et la gestion administrative, ainsi qu'une fonction identique à Buenos Aires, où on l'a prié de fonder de toutes pièces un orchestre national argentin. Sa notoriété grandissante lui ouvre toutes les portes des grandes capitales. Refusant des offres très alléchantes, Ansermet poursuit inlassablement sa tâche dans son pays, voulant doter la Suisse romande d'une vie musicale digne des plus grandes capitales.

En dehors de ses activités avec l'OSR, Ernest Ansermet n'en poursuivait pas moins une brillante carrière. Citons quelques événements saillants, comme la création du Festival de Lucerne. C'est dans l'intention de procurer du travail aux musiciens de l'OSR durant l'été qu'Ansermet pense à organiser un festival. Il trouve facilement des appuis à Lucerne et les premiers concerts ont lieu avec succès en 1937. L'année suivante, le Festival de Lucerne prend vraiment son envol avec la venue de Toscanini.

En 1939, Lucerne reçoit Toscanini, Busch et Bruno Walter, qui fuient le régime nazi prévalant alors au Festival de Salzbourg. Après la guerre, Ansermet crée Le Viol de Lucrèce de Benjamin Britten, le 2 juillet 1946, au Festival de Glyndebourne, avec Kathleen Ferrier et Peter Pears. Britten est un des compositeurs de l'après-guerre les plus joués par Ansermet, qui lui vouait une très grande admiration.

Deux ans plus tard, Ansermet est appelé à la Scala de Milan pour diriger une autre création, celle de La Messe de Stravinski. Malgré le différend qui opposait alors les deux hommes, Ansermet accepte de diriger cette œuvre nouvelle, empreinte d'une austérité robuste, inspirée des grandes œuvres de l'Ars Nova.

Au début des années cinquante, la carrière d'Ansermet prend une dimension internationale. L'Amérique le demande très souvent. En 1951, il dirige vingt et un concerts à la tête de l'Orchestre symphonique de Boston, remplaçant Charles Münch malade. Dans le Boston Sunday Post du 23 décembre 1951, il est encensé par la critique, qui le préfère à Toscanini.

Si le nom d'Ansermet est souvent associé à ceux de Stravinski, Debussy ou Ravel, il faut également citer celui de Frank Martin. Ce grand musicien suisse représentait aux yeux d'Ansermet un des compositeurs majeurs de notre temps. En 1956, il crée La Tempête de Frank Martin, à l'opéra de Vienne, devant des musiciens comme Bruno Walter et Karajan, dans le cadre des «Musikfestwochen».

Dans les années soixante, Ernest Ansermet dirige de plus en plus les classiques. Il enregistre les neuf symphonies de Beethoven, celles de Brahms ainsi que Le Requiem allemand du même compositeur. Connu dans le monde entier pour ses interprétations de la musique du XXe siècle, Ansermet souffre d'une méconnaissance du public pour ce qui concerne son approche des classiques. Il faudrait réécouter aujourd'hui ces enregistrements sans a priori pour constater avec quel bonheur Ansermet abordait ces pages si connues. Sa vision de Beethoven est débarrassée de tout le romantisme dont on l'encombre si souvent et sa vision nous livre toute la nouveauté du langage beethovénien. Ses interprétations des symphonies de Brahms (unanimement saluées par la critique internationale) sont empreintes d'une générosité et d'une lumière toutes latines, nous rappelant l'universalité du grand compositeur allemand.

La définition de l'art d'Ansermet pourrait être celle de «poète de l'exactitude». Ses interprétations sont en effet toutes marquées par une précision minutieuse et par la recherche du « sentiment juste ». Pour Ansermet, l'analyse ne tue jamais la vérité de l'expression musicale. L'équilibre, la précision, la beauté du style et la chaleur de l'exécution sont les clefs des interprétations d'Ansermet, et c'est pour cela que son art nous touche.

Dès la fin de la guerre, Ernest Ansermet est préoccupé par les nouvelles tendances de la création musicale contemporaine. Avec une ardeur semblable à celle qu'il avait mise à défendre les compositeurs de sa génération, il part en guerre pour pourfendre les adeptes du langage dodécaphonique, multipliant conférences et articles incendiaires. Désirant préciser sa pensée, il met quinze ans pour mener à bien la rédaction de sa vaste réflexion philosophique : «Les fondements de la musique dans la conscience humaine», livre ouvrant un champ d'investigations quasi illimité. Cet ouvrage parait en 1961, mais il se heurte au mur du silence et de l'incompréhension. Cette monumentale étude phénoménologique venait sans doute trop tôt, et l'aspect visionnaire d'Ansermet commence à peine à être perçu.

Directeurs Artistiques Depuis 1918

Neeme Järvi

De 2012 à 2015
biographie
Neeme Järvi

Marek Janowski

De 2005 à 2012
biographie
Marek Janowski

Pinchas Steinberg

De 2002 à 2005
biographie
Pinchas Steinberg

Fabio Luisi

De 1997 à 2002
biographie
Fabio Luisi

Armin Jordan

De 1985 à 1997
biographie
Armin Jordan

Horst Stein

De 1980 à 1985
biographie
Horst Stein

Wolfgang Sawallisch

De 1970 à 1980
biographie
Wolfgang Sawallisch

Paul Klecki

De 1967 à 1970
biographie
Paul Klecki

Ernest Ansermet

De 1918 à 1967
biographie
Ernest Ansermet