Jonathan Nott, direction
Jean-Guihen Queyras, violoncelle

Le maître et l’élève. Haydn décrivait avec fantaisie Le Monde de la lune que Beethoven décrocha en bouleversant le cours de l’histoire de la musique. Perdu durant de nombreuses années le Concerto pour violoncelle en ut majeur fut retrouvé en 1961, il a aussitôt conquis les violoncellistes grâce à ses qualités mélodiques et à sa virtuosité volubile. Placée entre l’héroïsme de la précédente et l’évocation dramatique du destin de la suivante, la Symphonie No 4 exprime une joie de vivre assez rare chez Beethoven.

Joseph Haydn

Il Mondo della luna, ouverture

Joseph Haydn

Concerto pour violoncelle et orchestre en ut majeur, Hob.VIIb:1

Ludwig van Beethoven

Symphonie N° 4 en si bémol majeur op. 60
mercredi 23 octobre Victoria Hall — 20h00 Espressivo Acheter des billets Mezzo